Les éditions Gallmeister. Le souffle coupé.

Bouleversant.

J’ai découvert les éditions Gallmeister avec une énorme claque : Sukwann Island, David Vann. Horrible.

Je me revois, lire cette fameuse page où l’histoire prend un virage hallucinant, dans mon bain, éclaboussant ma salle-de-bain par ma surprise. Époustouflant. Coup de maître magistral. C’est puissant, c’est tragique, c’est une aventure littéraire comme on en vit peu. Depuis, je ne cesse d’être attirée par chacune de leurs publications, choisissant majoritairement les histoires à la nature humaine noire, complexe, bousillée et pourtant si belle. Voici ma récente sélection.

Mon désir le plus ardent, Pete Fromm.

Une note d’espoir dans ce monde sauvage. Une histoire d’amour réaliste, naturelle et qui permet de mettre en valeur une maladie peu représentée (mais je n’en dirais pas plus). Une plongée dans la force des sentiments et des batailles que l’on mène pour les autres et pour soi. La volonté profonde de construire une vie qui en vaut la peine, coûte que coûte. Laissez-vous dériver au fil des pages comme un kayak sur une rivière tranquillement mouvementée, laissez-vous embarquer dans le quotidien de l’amour. Ça vaut la peine d’aimer et d’être aimé, je vous l’assure.

Idaho, Jenny Ruskovich

Toutes les familles ont leur histoire, leur passé, leur déchirement. Celle de Wade a connu une tragédie innommable. Plus sa mémoire vacille, plus celle de sa nouvelle compagne Ann s’active. Que s’est-il passé ? Comment imaginer le pire et surtout, comment l’oublier ? Comment peut-on vivre avec un tel fardeau ? Peut-être que la réponse est justement dans cette perte de souvenirs. Effacer l’inévitable pour ne garder que le meilleur des mondes. Les rires des enfants, la beauté de l’amour naissant, la construction de toute une vie… J’ai imaginé le pire retournement de situation possible à chaque instant. Il n’est pas arrivé. Gallmeister m’avait pourtant habitué ! Idaho me laisse finalement dans un étonnement psychologique. Pas de choc final mais un dénouement logique. Une quête de justice et de justesse qui fait sens pour une histoire qui lie différents êtres humains, à différentes étapes de leur vie. Seriez-vous prêt à laisser une fenêtre ouverte à quelqu’un qui a fermé toutes les portes ? Une dernière chance pour ceux qui ne la demandent pas. Une dernière possibilité de vivre avec son propre enfer, mais libre après tout de le faire. On ne peut qu’être étonné des mains qui se tendent alors que l’on n’y croyait plus. La beauté de ce livre réside dans sa faculté à nous faire accepter que certaines questions restent sans réponses et que c’est peut-être la meilleure voie à suivre. Laisser quelques souvenirs être dispersés pour simplement continuer à vivre.

My absolute darling, Gabriel Tallant.

Bouleversant.
Je pourrais m’arrêter là.
C’est une héroïne sauvage de quatorze ans. Emprisonnée dans une vie qu’elle n’a pas choisie mais dont elle n’arrive pas à se défaire. Un léger syndrome de Stockholm. Mais quatorze ans, c’est le moment de s’affranchir. De rencontrer de nouveaux beaux yeux qui donne envie de se battre. De se sentir exister autrement que dans les yeux du père. Ce père dévastateur, abusif qui baigne l’enfant dans un amour malsain et destructeur.
La narration se découpe au fil de la délivrance psychologique de cette enfant. Tour à tour, enfant et sauvageonne, puis jeune adulte et animal raisonnée. Elle parle à un rythme saccadé, très enfantin quand l’oppression paternelle est omniprésente. Mais quand elle se libère, quand elle pense à Jacob, à cette autre vie qui lui tend les bras, ce n’est plus une pensée en mode survie, mais simplement l’envie de vivre sa vie. Mais pour cela, il faut se battre. A tout prix. Quitte à tout perdre, quitte à se perdre elle-même pour être délivrée. La tension monte au fil des pages, l’envie de lui donner toutes les armes possibles pour s’échapper de cet enfer. Tout en voulant la protéger. J’ai expiré bruyamment en fermant le livre, comme si j’avais retenu ma respiration durant toutes ces pages. Le final est explosif et assurément, ce roman ne vous laissera pas indemnes.

Au-delà de leurs couvertures très attractives (vraiment, très attractives !), les éditions Gallmeister sont spécialisées dans les littératures nord-américaines. Chaque ouvrage est une plongée dans des univers étonnants, en passant par toutes les noirceurs de l’âme humaine. Policier, thriller psychologique, nature writing, humour et histoires décalées, chaque nouvelle parution nous ouvre un nouvel horizon où se perdre, en retenant son souffle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :